Travail et Allaitement

Bonjour à tous !

Nous sommes mercredi, et pour de nombreux parents, le mercredi, tout est permis ! (ou pas lol)

Je voulais déjà vous remercier pour vos gentils mots de soutien, suite à mes articles de la semaine passée. Cela m’a fait énormément du bien, à la fois d’avoir pu mettre des mots à mes maux, et de trouver une résonance dans les vôtres. Merci encore !

IMG_20170703_083745.jpg

J’ai désormais repris le travail et je découvre le mercredi à la maison avec mes gnomes. Pour Ju, j’avais opté pour une reprise en temps plein, puis à son entrée en maternelle à un temps partiel à 90% soit juste le mercredi après-midi de repos. Mais là, avec Tim et sa crèche fermée le mercredi, je n’avais plus eu trop le choix. Je regarde toutefois le côté positif de la chose (il faut bien !) :

  • cela fait un break dans la semaine pour Tim, qui passe donc sa journée accroché à maman (en plus du weekend… une vraie glu)
  • je passe un peu plus de temps avec mon grand (pas besoin de courir le mercredi matin)

Après, la légende raconte que l’on a du temps pour soi… Mais ceci est une légende, je n’ai pas encore découvert la vérité. Même si, je le conçois, on y va à notre rythme plutôt que devoir chronométré et réfléchir « pratique ». Cela soulage tout de même le côté charge mentale, et ce n’est pas négligeable !

Avec les péripéties pour l’alimentation de Tim, comme vous le savez déjà nous sommes restés sur le statu quo lait de maman dans la tasse 360 ou biberon selon son humeur (et encore, la plupart du temps, il ne boit pas -_- ), quelques cuillères de soupe de légume, compote et yaourt au soja.

Bon gré, mal gré, je fais donc partie du club des mamans qui tirent leur lait au travail. J’appréhendais beaucoup ce passage là, du qu’en dira-t-on et aussi (surtout?) le côté organisation. Comment bouger cette machine qui pèse trois tonnes, le stockage du lait pour la journée et pour le ramener, où me mettre pour tirer ? Dans tout cela, je reconnais avoir une chef et des collègues en or, qui sont très compréhensives. J’en suis tout de même à deux formations d’interrompus et deux dossiers suspendus (je n’ai tiré que quatre fois pour le moment hein je ne suis pas encore une grande vétéran lol). On m’a mis à ma disposition l’ENORME salle de réunion (de quoi se sentir toute petite dans mon coin au fond de la pièce lol). Pour agrémenter la chose je me suis ramener des petits fruits à grignoter.

dav

Au niveau de la collecte, j’ai opté pour des sacs de conservation de lait maternel de la marque Lansinoh, que je trouve tout de même plus pratique que des biberons, aussi bien pour le gain de place dans le frigo que pour la petite étiquettes pour y écrire les informations (c’est idiot mais ça compte !)

Pour le stockage, j’ai la chance d’avoir plusieurs frigos à ma disposition, dont notamment celui de la fameuse salle de réunion, très peu utilisé par les collègues vu que cette salle est pour la plupart du temps fermée à clé. Je peux donc y mettre mes poches sans crainte et les récupérer avant de partir pour les mettre dans mon sac isotherme où attendent aussi des pains de glace qui ont un peu fondu depuis le début de la journée mais maintiennent quand même la fraîcheur le temps du trajet (entre 30 min et 50 min selon la circulation).

Arrivée  à la maison, je mets mes sacs au congélateur, étant donné que ce lait ne serait bu que sous 72h environ, compte tenu du turn over de mon stock actuel.

Lorsque je suis à la maison, donc le soir, le mercredi et le weekend, c’est tétée à volonté et bébé en mode super glu. Comme je le disais à mon mari, « il recharge ses batteries de maman » lol

Je garde l’espoir que ce rythme ne nous épuisera pas, et que je continuerai à demeurer sereine malgré les qu’en dira-t-on et autre remarque. Oui, un bébé de 8 mois passé, ça devrait prendre le biberon, que l’on s’y prend sûrement mal et que OMFG il mange du yaourt au soja alors que l’on aurait du faire l’effort de faire le tour des pharmacies de notre campagne pour lui trouver des yaourts sans lactose (oui j’ai mixé toutes les remarques du weekend).

Mais nous, ce qui nous importe le plus, c’est le bien-être de nos enfants. On en a fait, on l’assume donc, avec leur propre particularité. Ils ne sont pas dans les moules ? Bah ok, tant pis. Tant qu’ils sont bien dans leurs baskets, c’est l’essentiel non ?

Allez, bon mercredi à tous, et on vous embrasse fort avec mes gnomes 😉

Publicités

Une réflexion sur “Travail et Allaitement

  1. Franchement, bravo et chapeau bas ! J’ai trouvé qu’un des trucs le plus dur dans l’allaitement, c’était vraiment le tire-lait alors au boulot…je suis presque sure que je n’y serai pas arrivée. Mon petit troisième n’a pas été diagnostiqué comme intolérant ou allergique aux PLV mais j’ai fini par faire le diagnostic toute seule. Malheureusement, ca lui a probablement coûté ses amygdales et des nuits très entrecoupées pour tous les deux…sans parler des siestes, inexistantes ou courtes…et de la déminéralisation temporaire de ses dents de lait.
    A ses 1 an passés, j’ai eu une discussion avec une copine qui me donnait les symptômes de ses deux fils, tout deux diagnostiqués officiellement et j’ai commencé à me poser des questions. Je venais d’arrêter l’allaitement et lui, se réveillait souvent. Il a commencé à ronfler. Sa pédiatre a regardé ses amygdales et m’a confirmé qu’elles étaient un peu grosses et qu’il faudrait voir un ORL pour avis. Quelque part sur internet, dans un forum, quelqu’un avait parlé de l’augmentation de la taille de ses amygdales en réaction à son allergie aux PLV. Sa pédiatre a balayé agacée ma suggestion (ou plutôt ma question).
    Au final, ses amygdales étaient tellement grosses qu’elles lui provoquaient des apnées du sommeil et moi, j’ai fini un an après à être diagnostiquée en clinique du sommeil en « déficit chronique de sommeil ».
    Un peu de répit après son opération des amygdales. Mais les réveils nocturnes sont revenus.
    Il a ensuite fait plusieurs laryngites, dont une qui a fini aux urgences, heureusement pas d’hospitalisation. Sa pédiatre, sur ma demande, m’a conseillé, de faire attention aux rhumes et à sin immunité.
    En fait, ses laryngites étaient déclenchées par…le reflux (ou RGO). C’est sa généraliste qui a trouvé.
    Bref.
    A ses 4 ans, nous avons vu qu’il avait une déminéralisation des dents de lait, conséquence du reflux chronique.
    Et là, je me suis dit, ok, on arrête tout, je fais ce que je pensais depuis longtemps, j’arrête le lait de vache pour lui.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s